ECO-USE (ECO-CONCEPTION)


Référent : Dominique MILLET

Type : Projet ANR

Durée : 01/03/2011 au 01/03/2014

Montant : 81,1 KE

Partenaires : INPG/Gscop ; ENSAM/CPI, UNIVERSITE TECHNOLOGIQUE FEDERAL DU PARANA - UTFPR

Description : Méthodologie d’éco-conception centrée utilisateur Le but final de ce projet est de supporter la conception des produits adaptés aux attentes environnementales de l’utilisateur et à ses capacités, et non de lui mettre à disposition un « produit durable » auquel il devra s’adapter. Nous pensons que l’utilisateur fait partie intégrante du système à concevoir ; ainsi la transformation du modèle de consommation vers un modèle durable se fera de façon plus rapide et permettra d’outrepasser les problèmes de résistances à l’introduction de nouvelles technologies durables en ayant anticipé les comportements de l’utilisateur. Les méthodes de conception intègrent la notion d’utilisateur à différentes échelles. Pour la conception de technologie, l’utilisateur est une contrainte du cahier des charges, exprimée par exemple par « être utilisable 1 heure par jour pendant 2 ans dans les conditions standards ». L’utilisateur ne rencontre jamais directement le producteur et n’a qu’un rôle d’acheteur. Dans le cas de la conception de service, l’utilisateur est considéré sur deux aspects : un lieu géographique à atteindre et une intensité d’utilisation. Il permet principalement de dimensionner les infrastructures. Il est partie prenante de la production comme récepteur du service produit. C’est seulement dans la conception centrée utilisateur qu’il est actif et contribue à la production : il sert pour valider les décisions prises, voire pour choisir entre deux alternatives ; c’est sa satisfaction qui sera le garant du succès du produit. Tous ces modèles sont disparates et ont été construits à partir de domaines scientifiques différents . Ce projet a pour objectif premier d’unifier et de compléter les modèles d’utilisateur utilisés déjà en conception afin de leur permettre de prendre en compte les performances environnementales, notamment en utilisation . Un premier verrou à lever concerne l’interopérabilité entre les modèles d’utilisateur.