MGSI : Modélisation et Génie des Systèmes Industriels


Contexte et but : L’activité de recherche de l’axe MGSI a pour objet l’ingénierie système appliquée aux systèmes de production de biens ou de services, plus particulièrement, la modélisation, l’organisation et l’optimisation des ressources et des processus (techniques, informationnels ou humains) de production. Au sein de l’axe, nous développons les méthodes et les outils de modélisation et d’amélioration des performances des organisations et des chaînes logistiques. Les performances étant étudiées non seulement sous l’angle de coûts et délais, nous intégrons également dans nos travaux d’autres dimensions comme la disponibilité, la compétence humaine, les risques liés aux changements, certains aspects environnementaux, etc. L’originalité des travaux de l’axe réside précisément dans cette intégration qui nécessite le recours aux méthodes d’aide à la décision multimodales, multi-acteurs, multicritères.
 
Thématiques de recherche poursuivies : Pour donner plus de visibilité à nos travaux, nous les avons classés en fonction du domaine d'application. Ainsi, trois domaines d'application sont à l'étude :

  • Une partie de l’activité de l’axe a pour objet l’amélioration des processus de Maintien en Conditions Opérationnelles des moyens de production (MCO) en garantissant une disponibilité maximale au moindre coût. Cette garantie nécessite, entre autres, le choix de ressources humaines adéquates et l’évaluation des différentes stratégies de maintenance en fonction de la cadence de production. Ces travaux ont fait l’objet du projet SYS-MCO et ont permis de développer des algorithmes d’affectation des ressources intégrant les compétences et les préférences, de développer une plateforme de simulation intégrée et intégrant la simulation à événement discret et les modèles bayésiens notamment.
  • Les risques sont étudiés dans le contexte d’implantation de systèmes d’information, comme les ERP (Enterprise Resource Planning). Beaucoup de travaux ont montré que les budgets associés au déploiement de ces systèmes sont difficiles à maîtriser. Ces travaux proposent une démarche générique d’implémentation d'un ERP en intégrant des méthodes qualitatives et quantitatives déjà utilisées dans la gestion du changement et en projet ERP. Il s’agit de pallier les insuffisances des approches proposées dans la littérature pour gérer de tels projets en intégrant dès les phases amont les considérations relatives à la maîtrise des risques sur la performance des processus pris en charge et de la qualité de l'implémentation finale.
  • La gestion de la chaîne logistique a depuis toujours suscité un grand intérêt de la part des chercheurs. En effet la difficulté survient à différents niveaux de la chaîne. Le problème principal réside dans le fait d’arriver à une gestion optimale multicritère de la chaîne logistique en considérant tous les niveaux. Ce qui n’est pas possible en réalité vu la complexité d’une chaîne logistique. On s’intéresse dans nos travaux à la logistique inverse en lien avec le premier thème, la gestion des ressources humaines, la considération des critères environnementaux et sociaux, l’optimisation des flux de matières ou encore la gestion des flux de patients dans un contexte hospitalier. Ces travaux font appel à des méthodes de modélisation, simulation et des métaheuristiques d'optimisation multicritère.